Vous êtes ici : Accueil / Un territoire à préserver / Mon Jardin au Naturel / Réinvitons la nature dans notre jardin

Un territoire à préserver

Cadre de Vie

Réinvitons la nature dans notre jardin

Les auxiliaires du jardin

Dans nos jardins, la faune dite auxiliaire tient un rôle essentiel. On distingue :

  • les prédateurs (larves de syrphes, coccinelles, oiseaux, punaises, chrysope ou perce-oreilles) qui se nourrissent des organismes nuisibles et régulent les attaques parasitaires,
  • les pollinisateurs (syrphes adultes, abeilles, bourdons…) qui assurent la fécondation des plantes en transportant le pollen et,
  • les détritivores (cloportes, vers de terre…) qui décomposent la matière organique (feuilles mortes, bois morts …) en éléments assimilables par les plantes.

Ainsi, les oiseaux se délectent d’insectes, le hérisson et la musaraigne (à ne pas confondre avec la souris !), de limaces et d’escargots, la coccinelle (et surtout sa larve, une vraie gloutonne), de pucerons et de cochenilles. Tous ces auxiliaires sont donc les alliés du jardinier.

Les nichoirs

A placer dans des endroits ni trop chauds, ni trop froids, ni trop ventés. Ils doivent être inaccessibles aux chats et autres prédateurs. Prévoir des petits perchoirs à proximité.

Attention à ne pas s’approcher d’une couvée ou d’un nid car cela peut remettre en cause la survie des petits. Une femelle qui couve ses petits peut être effrayée et poussée à abandonner sa progéniture.

Et aussi

  • limitez, voire supprimez, l’emploi des phytosanitaires (les papillons sont les premiers touchés par les pesticides),
  • consacrez une partie du jardin à une prairie fleurie (et choisir un mélange de graines d’espèces locales),
  • fauchez tardivement,
  • ...acceptez la nature avec ses bêtes qui piquent et ses plantes qui grattent.

Halte aux thuyas

La haie de thuyas constitue le contre-exemple du jardin écologique.

D’abord, il ne fournit le gîte qu’à une faune réduite.

Ensuite, il acidifie et épuise le sol sans fournir en contre partie de matière organique (les écailles ne se décomposent pas).

A bannir de nos jardins par une coupe à ras et à remplacer par exemple par des charmes ou des houx.

Haut de page