Vous êtes ici : Accueil / Un territoire à préserver / Éducation et Actions pour l'environnement / Halte au gaspillage de l'eau

Un territoire à préserver

Cadre de Vie

Halte au gaspillage de l'eau

Les petits gestes et astuces pour dire « halte au gaspillage »

Plus que des gestes, des réflexes à adopter au quotidien.

Téléchargez les gestes de Jamy en cliquant sur sa photo.

Lorsque je me brosse les dents

Il est préférable de me rincer avec un verre à dents.De même, il est facile de remplir un peu le lavabo pour nettoyer mon rasoir.Si je laisse couler l'eau, ce sont 12 litres gaspillés par minute soit10 000 litres d'eau par an.

Je préfère la douche au bain

Prendre une douche plutôt qu'un bain, c'est diviser au minimum par trois sa consommation d'eau. Économiser l'eau chaude, c'est économiser à la fois l'eau et l'énergie nécessaire à son chauffage. Une douche consomme de 30 à 80 litres d'eau et un bain, de 150 à 200 litres. Soit une économie de 70 à 180 litres. A condition de ne pas prolonger inconsidérablement le plaisir de la douche et de couper l’eau pendant que l’on se savonne.

Je ne jette rien dans les toilettes

La cuvette des WC n'est pas une poubelle. Jeter cotons, piles, peintures, solvants, détergents dans les toilettes est un geste lourd de conséquence tous ces éléments altèrent le bon fonctionnement des stations d'épuration. Mal éliminés, ils finissent par se retrouver en milieu naturel et dégrader l'environnement. Et cela coûte plus cher à la collectivité.Par ailleurs, j’évite l’abus de produits d’entretien et je pense au papier toilette recyclé. Petite astuce je place une bouteille lestée dans le réservoir des toilettes, cela diminue d'autant la consommation d'eau.Je peux aussi installer une chasse d’eau à double débit.

Je bois l’eau du robinet

Contrairement à certaines idées reçues, et sauf exception locale, l’eau du robinet est parfaitement potable et extrêmement contrôlée sur tout le réseau de distribution jusqu’au robinet. L’eau en bouteille coûte en moyenne 100 fois plus cher que l’eau du robinet et par ailleurs, les bouteilles plastiques encombrent inutilement nos poubelles et leur recyclage coûte cher à la collectivité.Il faut savoir qu’une eau dure n'a aucune incidence négative sur la santé. Bien au contraire, boire l’eau du robinet permet de compléter l'apport quotidien en calcium. Et elle est bien plus saine qu'avec une eau issue d'une bouteille ouverte depuis plus de 24 heures. Seul petit inconvénient l'odeur de chlore, que l’on peut éliminer… avec le froid. Il suffit de placer l'eau au réfrigérateur, dans une bouteille ou une carafe fermée (afin d'éviter que l'eau ne prenne le goût des aliments) sans excéder 24 heures (sinon, l'eau devient stagnante).

L’été, j’arrose mon jardin le soir

Car sous la chaleur du soleil, 60% de l'eau s'évapore avant même d'avoir été absorbée par les plantes. De plus, je respecte les dosages en désherbant préconisés par les fabricants. En effet, le premier utilisateur de phytosanitaires est le particulier. Mieux, je bannis l’usage des produits toxiques dangereux pour ma santé et pour l'environnement et désherbe à la main. De plus, si je laisse mon gazon pousser, il sera plus résistant à la sécheresse et permettra une économie d’eau.

Je vais dans les stations de lavage pour laver ma voiture

Ces dernières sont équipées de bacs de décantation qui traitent les hydrocarbures, les graisses et autres solvants. Mais attention à la tentation de surconsommer l’eau.

Je ne gaspille pas en faisant la vaisselle …

[photo vaisselle à insérer]Si je fais la vaisselle à la main, je vais du moins sale vers le plus sale, je ferme le robinet pendant le lavage et je n’abuse pas du nettoyant.Contrairement aux idées reçues, faire sa vaisselle à la machine peut être plus économique en eau et en électricité si le lave-vaisselle est peu gourmand en énergie et tourne à pleine charge. Bien sûr, il est inutile de rincer la vaisselle avant de la mettre dans l'appareil. Cela consomme de l'eau inutilement sans pour autant augmenter la propreté de la vaisselle.À la main ou à la machine, je choisis les produits de lavage qui ont des écolabels.

… et en lavant mon linge

Je lave à température la plus basse possible, j’oublie le prélavage et bien sûr je fais tourner mon lave-linge à pleine charge.De plus, j’ai la main légère sur la lessive. Inutile d’en mettre plus que les quantités conseillées. J’arrête de croire que mon linge sera plus propre si je mets « triple-dose ».Pour la lessive aussi, j’adopte le réflexe de l’écolabel.Et je ne multiplie pas les produits marketings qui en plus sont très onéreux.

Je respecte la nature

Lors de mes promenades, je ne saccage pas les milieux naturels j’évite de déplacer des cailloux ou d'arracher les plantes, et de m’éloigner des chemins balisés pour ne pas troubler tout un écosystème.

J’équipe mes robinets

Il existe aujourd'hui des dispositifs simples, à poser sur les robinets ou les flexibles de douche, qui limitent sensiblement la consommation, tout en conservant la même efficacité d'utilisation robinet mitigeur, économie de 10%, aérateur (ou mousseur), 30 à 40% et pomme de douche “éco” 50%.

Retrouvez ici quelques astuces pour éviter le gaspillage d'eau au jardin.

Le Cœur d'Ostrevent et ses agents s'y mettent aussi.

Durant l’été 2009, le Cœur d’Ostrevent a posé deux grosses cuves de récupération des eaux pluviales, l’une à Lewarde et l’autre à Auberchicourt (avec l’aide financière du Conseil Régional Nord-Pas de Calais).Par ailleurs, les agents du Cœur d’Ostrevent entendent appliquer au quotidien des gestes économes en eau, mais aussi en énergie, en fourniture. Ils se sont engagés via la charte de l’éco-agent en Cœur d’Ostrevent.

Cliquez sur le logo ci-dessus pour en savoir plus

Trois gestes pour aller plus loin pour l'eau ...

Pour préserver la ressource en eau, le Cœur d’Ostrevent vous invite à agir, sans attendre, à 3 niveaux

  • sur la récupération des eaux de pluie,
  • sur les gaspillages d’eau,
  • sur le rejet des eaux usées domestiques.

Il s’agit de gestes faciles à réaliser et dont le bénéfice pour l’environnement est réel. Même si les enjeux de l’eau sont mondiaux, les gestes réalisés au quotidien ne sont pas des gouttes d’eau dans la mer.

Je récupère les eaux de pluie pour arroser mon jardin

Chaque mètre carré de toiture reçoit en moyenne 700 litres d’eau de pluie par an. Ainsi, pour le toit d’une maison de 100 m², c’est 70 m3 que l’on peut collecter. A 3€ le m3 d’eau du robinet, le système, pourtant facile à mettre en place, sera vite rentable. Une cuve de 200 à 500 litres vous permettra d’arroser un jardin de 50 m².

Comment procéder ?

Il suffit juste de disposer un gros bidon sous la gouttière et d’intercaler un collecteur sur le tuyau de descente, qu’il faudra équiper d’un filtre pour débarrasser l’eau des insectes et des feuilles mortes. Ce collecteur permettra également d’évacuer le trop-plein. Disposez le réservoir à l’abri de la chaleur pour limiter le développement d’algues et pensez à le vider pendant la période de gel.

Où acheter une cuve à eau ?

Dans les jardineries et les magasins de bricolage, on trouve des cuves à eau en plastique de 300 à 1000 litres de différentes couleurs et tous les accessoires nécessaires. Des cuves en bois ou des jarres, beaucoup plus chères mais aussi plus esthétiques, sont également faciles à trouver. Il existe aussi des kits de récupération d’eau de pluie de différentes contenances, comprenant une cuve, un couvercle, un robinet, un support de cuve et un collecteur filtrant. Il faut compter un investissement d’au moins 70 €.

Je rejette les eaux usées domestiques sur le réseau d’assainissement collectif

Les eaux usées domestiques (cuisine, salle de bain, toilettes et machines à laver) rejetées dans le milieu naturel (via les fossés) constituent une source importante de pollution, laquelle renferme un risque sanitaire.C’est pourquoi la loi exige que les eaux usées domestiques soient bien rejetées dans le réseau d’assainissement et que les fosses septiques soient supprimées, dès lors que l’on peut se connecter à l’assainissement collectif. En cas de contrôle, avec un avis défavorable sur la conformité de l’installation d’assainissement, c’est le doublement de la redevance assainissement que l’on risque.

Comment procéder ?

Pour vérifier que l’on rejette bien ses eaux usées dans le réseau d’assainissement, il suffit d’être deux l’un ouvre la boite de branchements (« le puisard ») dans la rue, tandis que l’autre ouvre, à tour de rôle, tous les robinets sans oublier de tirer la chasse d’eau. Si on ne voit pas l’eau s’écouler, c’est que les branchements ne sont pas bons. Dans ce cas, veuillez contacter Nathalie ou Jérôme du service Assainissement du Cœur d’Ostrevent, au 03 27 71 37 56. Ils sauront vous indiquer la démarche à suivre.

Par ailleurs, vous remarquez des remontées de mauvaises odeurs à l’intérieur de la maison ou à l’extérieur ? Vous avez peut-être une fosse septique. Celle-ci doit être supprimée lors du raccordement au réseau collectif. Pour obtenir un diagnostic gratuit ou des conseils sur la démarche à suivre pour entreprendre les travaux nécessaires, veuillez contacter le service Assainissement du Cœur d’Ostrevent...

Je répare les fuites et équipe mes sanitaires

Personne n’a intérêt à gaspiller l’eau ni le particulier qui la paye 3€ du m3, ni la collectivité qui assure son transport et sa dépollution avant rejet dans le milieu naturel. Payer de l’eau sans l’avoir utilisée, et l’épurer alors qu’elle est propre sont une aberration.

Comment procéder ?

Éviter les gaspillages d’eau potable, c’est traquer les fuites et y remédier mais également faire des économies sans nuire à son confort.

Un robinet qui goutte, c’est jusqu’à 35 m3 d’eau gâchée par an et une chasse d’eau qui fuit, jusqu’à 250 m3. A 3€ le m3 d’eau potable, le calcul est facile à faire.

Pour détecter une éventuelle fuite, relevez le compteur d’eau au coucher et au lever, laps de temps durant lequel ni les robinets ni la chasse d’eau ne sont actionnés. S’il y a différence, même de quelques litres, il y a une fuite. A vous d’en trouver l’origine et de réparer au plus vite. Souvent, il s’agit seulement de changer les joints des robinets. Mais si l’intervention d’un professionnel est nécessaire, sachez qu’elle sera très vite amortie.

Pour économiser l’eau, plusieurs petites astuces peuvent être mises en pratique. En plus des "stops douche" et autres "mousseurs", vous pouvez aussi installer ou faire installer un réducteur de pression entre le compteur d’eau et les équipements sanitaires (les logements anciens n’en sont généralement pas équipés).

Les toilettes sont responsables d’un quart de notre consommation d’eau. Or il est facile de placer une bouteille lestée dans le réservoir des toilettes. Cela diminue d'autant la consommation d'eau. Les bricoleurs penseront à installer une chasse d’eau à double débit.

Ce sont tous des investissements peu coûteux et faciles à mettre en place...

 
Haut de page